Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

avis sur jeu Mafia 2

 Ce que ma dernière année d’étude m’auras appris en cinema, c’est que l’histoire des films américains est riche de 3 grands genres : les Westerns, la Comedie Musicale et le film de Gangster. Ces trois genres se retrouvent aujourd’hui sur nos machines ! Red Dead Redemption, l’Incroyable Chevaucheur Maugréant, Popo jouant aux Lapins Crétins section musique (on y réunit ainsi tous les éléments de la comédie et de la musique) et enfin Mafia 2, remettant le Borsalino et le Tommy Gun à jour. Cela dit, a force de vouloir rendre hommage aux meilleures œuvres du cinéma, ce dernier n’a peut-être pas compris que dans « Jeu Vidéo », il y a «jeu»…

mafia2.JPG

Critique sur Mafia 2

Mafia 2 est un jeu énervant, car décevant. Un peu comme si l’on vous offrait une Aston Martin, mais qu’on vous la bride à 50 Km/h et qu’on colle tous les boutons à la super glue. On sent un super potentiel, on y est bien dedans mais on ne peut rien en faire. Alors on se branche sur France Inter et on écoute une émission culturelle en abaissant son siège. On passe la plupart du jeu à se demander quand on va jouer. Si encore il était juste bourré de défauts, j’aurais pu ici vomir ma bile d’écrivaillon en défonçant par le menu tous ce qui irrite, énerve, agace, crispe. Mais non, il a des qualités indéniables, il a des capacités mais ne les utilise pas, comme le précisait à mes amis ma première maîtresse.

Son ambiance, ses magnifiques cinématiques, ses hommes supers bien sapés, la bande son incroyable, les animations fluides, la physique… Tout est mis en œuvre pour nous faire saliver. Si le scenario est extrêmement classique pour un jeu de gangster, il est réellement bien mis en scène pendant les cinématiques. Le problème est qu’il continue parfois même pendant les missions. Comme celle où vous devrez livrer des clopes : une bonne petite scène où on nous explique le truc, et ensuite on se lance. Pendant de longues minutes la seule chose que vous aurez à faire est de rester debout dans un camion, vous diriger vers les paquets rouges, ou blanc etc. aux ordres de votre pote qui les distribue à la plèbe. C’est chiant, mais on se dit que ça va nous amener à un gros gunfight… Qui arrive finalement, et repars aussi sec ! En une minute max la dizaine de gominés venu chercher du trouble tapissent le sol au pied de leurs Hot-rods. Et on revient chez nous pour dormir…

C’est un classique, à chaque fin de mission on va dormir pour sauvegarder (les sauvegardes auto, en checkpoint, sont extrêmement mal placées et occasionneront bon nombre de plaintes). Et le lendemain, on nous appelle et nous dit de venir, on arrive avec un flingue, on attend, avec un peu de chance on tue deux mecs, puis on revient. Le scenario nous fera parfois quelques surprises bienvenues (un réveil en sursaut en pleine nuit) ou franchement nazes comme la séquence de la prison. Encore une fois le milieu carcéral est bien mis en scène, on s’y croit, c’est beau comme une porte de prison neuve et vernie, l’ambiance est terrible mais on y fait rien… Si, on nettoie des chiottes, on prend sa douche et on se bat contre des gays, des chinois, des noirs etc. Le système de combat à mains nues est franchement limité : trois coups max, on vient à bout de n’importe qui sans se fouler et toujours avec le même finish. Dommage encore une fois, on sent qu’il y avait de la matière à développer, les impacts sont biens rendus par exemple. Mais non, on reste en surface.

 

Mafia 2 gameplay

mafia222.JPGPassons derrière le volant voulez-vous ? Les véhicules sont classés en deux catégories : lents et maniables ou rapides et montés sur patins. C’est un choix. De plus leur fragilité et le zèle de la maréchaussée envers les excès de vitesse rendent les balades aussi excitantes qu’un Tour Bus touristique à Aurillac. Mais bon ils ont de la gueule et le bonheur d’avoir une radio. Vous pourrez donc dodeliner du chef au son de Peggy Lee, Buddy Holly ou Little Richards entrecoupé de classiques newsflashs relatant vos exploits. Le reste des chansons est vraiment bien senti et balance tube sur tube (ça change d’NRJSKYFUNCONTACT). Puis vous vous mangerez un platane et finirez écrabouillé contre le volant. Oui les chocs sont rudes dans Mafia 2.

Les passages de gun fights sont eux vraiment agréables. Très classiques certes, mais le son des pétoires, associé à leur look, plus la physique qui permet de tout faire péter dans les décors, et anime la chute des ennemis style « Video Gag », en font des phases dynamiques et jouissives. Mais elles sont rares ! Et courtes ! Dès qu’on commence à se chauffer, qu’on ramasse une arme un peu fun c’est fini, on rentre chez soi et on dort. D’ailleurs plusieurs twists scénaristiques vous font perdre tout votre argent et toutes vos armes à plusieurs reprises. Inutile donc de garder précieusement votre argent, dépensez-le ! voir le game play : https://www.youtube.com/watch?v=-ttlTThOWp8

Enfin, ce serait bien. Mais où ? Car Empire Bay est le cauchemar de Paris Hilton : 4 boutiques se battent en duel. Armureries, vêtements, garages et restos. Les armes, vous les trouvez sur les cadavres, ou on vous les donne, ainsi que les munitions. Les vêtements sont classes, certes, mais peu nombreux (et une fois acheté un imper + Fedora noir, que prendre de plus ?). Les garages vous serviront parfois, pour échapper à la police ou tuner votre auto, mais vous n’y passerez pas votre vie. Enfin les restos ne servent à rien du tout, manger vous faisant gagner les 15% de votre barre de vie qui ne se régénère pas automatiquement… Empire Bay est magnifique, la modélisation est un ravissement pour les yeux, mais comme il n’y a rien à faire on n’y traine pas. Vous aurez toujours une mission indiquée sur le radar, et comme on s’ennuie on y fonce. C’est beau mais c’est vide, comme un Mac ou une mannequin pour sous-vêtement (car en haute couture en plus elles sont difformes)

Reste donc un film interactif agréable à regarder et à suivre, qui nous titille  sans jamais avoir l’élégance élémentaire de finir le travail. On reste sur sa faim en permanence, et on peste car il joue seul dans sa catégorie de jeu de gangster vintage, et sert donc maintenant de référence. Le genre de jeu agréable à aller mater chez un pote.

 

Écrire un commentaire

Optionnel