Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

IMPROBABLE GEEK - Page 4

  • Avis sur le jeu Dodogo !

     

    • Editeur : Alien after All
    • Développeur : Neko Entertainement
    • Type : Réflexion / Casse-tête
    • Sortie France : 30 Avril 2010
    • Classification : Tous publics
    • Multijoueurs : Oui

     

    Avec Dodogo! la DS nous avait montré une fois de plus qu'elle est vraiment adaptée aux jeux de réflexion. Et derrière ce titre aux graphismes simples se cachait un vrai casse-tête pouvant plaire a bon nombre de joueurs.

    dodogohome.jpgSuite a une petite catastrophe naturelle, les oeufs de dodos ont été éparpillés un peu partout dans la nature. C'est à vous qu'incombe la lourde tâche de les sauver face au danger, non pas seulement des prédateurs tel que les dinosaures, les dragons ou encore les serpents, mais aussi des risques venant directement de l'environnement naturel. Rassurez vous, toute une panoplie d'outils sont à votre disposition pour vous y aider. Et nous allons voir leur fonctionnement sur la ligne suivante.

    Ici...oui c'est ici qu'on va voir tout ça. Il y a toutes sortes de terrains. De la roche, de la terre, du bois, de l'eau par exemple. Vos outils, vous permettent donc de pouvoir le modifier afin de mener vos oeufs vers leur nid sans les briser ou les perdre définitivement. Placer une planche par exemple va vous permettre de franchir un trou, de monter une marche (puisqu'il est difficile de faire monter un escalier à un oeuf qui roule), ou d'amortir une chute et éviter de perdre un oeuf. La pelle, elle, peut modifier le terrain, en creusant bien évidemment, en surélevant, ou encore en transformant un escalier de terre en simple pente. La scie quant à elle, peut être bien pratique pour découper des blocs de bois, couper des cordes, qui peuvent par ailleurs servir à relier des poulies pour ouvrir un passage et en fermer un autre, passages pouvant être fermés par des blocs de bois qu'on enflammera en utilisant la brosse, brosse qui sert aussi à créer des nuages de fumée pour aveugler les prédateurs afin de les faire tomber dans des trous qui eux, peuvent être survolés en utilisant les ressorts.....

    Si vous vous sentez embrouillés comme ça c'est un peu normal, c'est fait exprès, car si le jeu peut paraitre simple dans les premiers niveaux, la difficulté bien dosée vous fera remuer vos méninges par la suite, lorsque 4 oeufs doivent prendre chacun un chemin pour aider les autres à avancer et tous finir au même endroit sans être blessés. Pourquoi ne pas les blesser ? Parce que un oeuf fissuré devient très fragile et peut donc casser rapidement, mais aussi parce qu'un oeuf qui arrive dans son nid tout en étant heureux rapporte plus de points qu'un oeuf grognon. S'il est fissuré, il vous faudra en prendre soin pour le réparer en grand renfort de pansements. Trailer :

    dodogohome2.JPG

    Et oui en plus de son coté casse tête on retrouve un système de high score pour les plus acharnés d'entre vous. De plus vous pouvez vous connecter sur le site officiel du jeu pour comparer vos stats avec les autres joueurs. Dodogo! nous est servi dans un univers bien à lui nous rappelant étrangement celui des jeux en flash avec ses graphismes épurés et colorés. Les oeufs de dodo sont tellement mignons que l'on pourrait presque prendre Dodogo! pour un jeu de gamins, alors qu'au final il n'en est rien, votre matière grise étant vraiment bien sollicitée. Seulement on regrettera le manque de précision pour les outils pelle et scie et surtout l'absence d'un mode édition, ce qui nous aurait bien plu, avec en prime la possibilité de pouvoir partager nos créations et ainsi, rallonger grandement la durée de vie du titre qui, avouons le, est vraiment limite.

     

  • LG lance une montre téléphone

     

    LG annonce dans un communiqué avoir crée le premier téléphone montre qui intègre une caméra vidéo, un écran tactile, un lecteur MP3, une connexion BlueTooth, un Haut parleur et un système qui transforme la voix en texte pour envoyez vos textos…
    Le produit sera présenter publiquement lors du Consumer Electronics Show de Las Vegas qui aura lieu le 8 Janvier 2016.

    Le gadget est prévue pour 2016 en Europe pour un prix encore inconnu.

     

     

  • Avis sur le jeu video Medal of Honor

     

    Attendu au tournant par beaucoup de joueurs, Medal of Honor nous revient dans une toute nouvelle mouture laissant de coté cette fois-ci la Seconde Guerre Mondiale pour se concentrer sur une période bien plus proche de nous.

     

    medal.jpg Car oui, cette fois-ci, Medal of Honor se tourne vers les conflits opposant les Gentils Américains contre les Méchants Talibans. La chasse est donc lancée. Pour ce faire, vous pourrez compter sur le fameux Tier 1, qui sont une équipe de super soldats qui n'ont pas froids aux yeux, et n'ont surtout pas peur de passer en première ligne. Le scénario qui nous est servi ici, est relativement simple, même s'il est basé sur des faits réels, il n'aura pas de quoi sortir des sentiers battus. Nous apprécierons tout de même sa mise en scène mouvementée et poignante nous permettant de pouvoir jouer sans aucun temps morts. Le seul bémol se trouve surtout dans sa durée de vie, beaucoup trop courte, qui vous tiendra en haleine pour seulement 4h00 de jeu grand max. Certes nous avons la possibilité de pouvoir rejouer la campagne dans les différents niveaux de difficultés proposés, mais si vous êtes un grand habitué du genre, vous trouverez là un jeu quand même assez facile, donc n'ayez pas peur de commencer directement en difficulté max. Bien sur, le mode Tier 1 est aussi de la partie, et il vous permettra de refaire la campagne en solo toujours, mais dans un temps imparti pour chaque mission, où de nombreux paramètres sont pris en compte et la difficulté augmentée. Le petit plus de ce mode est que vous pourrez envoyer vos résultats en ligne afin de pouvoir frimer devant les copains, si tant est que vous ayez le meilleur score.



    Dans son principe, disons le clairement, Medal of Honor sent vraiment trop le réchauffé. Que ce soit en cherchant l'inspiration dans les anciens titres de la série, ou directement chez le voisin, ce titre là a du mal à se démarquer du genre. Malheureusement, ce ne sont pas les quelques idées comme les passages en Quads, ou en Hélicos qui feront prendre tout le monde à revers, surtout que la configuration manette risque d'en agacer quelques uns. Mais rassurez vous, il est tout de même possible de pouvoir passer dans les options pour modifier tout ça. Par contre, on a droit a une vraie souplesse au niveau des mouvements, et l'assistance automatique pour les consoles joue bien son rôle, pensez à la désactiver si vous voulez un peu plus de difficulté encore.

    On notera néanmoins quelques menus défauts comme des bugs de collisions. Si ces bugs ne concernent pas les impacts de balles sur les ennemis sur-nombreux qui vous prennent en tenaille à de nombreuses reprises dans des embuscades remplies de désespoirs, ni les impacts sur le décor, ces bugs ont la fâcheuse tendance à se faire montrer lors des déplacements, ce qui aura pour résultat de vous bloquer sur un endroit alors qu'on pensait pouvoir passer sans problème. Au final, on se retrouve avec quelques balles dans le derrière alors qu'il n'y avait pas lieu d'être.



    Les graphismes quand à eux sont bien rendus, malgré un chargement de certaines textures un peu tardive et quelques baisses de frame qui peuvent se faire sentir ici ou là. Mais ceci reste assez anecdotique dans l'ensemble et ne gâche en rien la plaisir de jeu en lui-même. Faut dire qu'avec près d'une quarantaine d'ennemis énervés à l'écran qui sortent de partout avec en plus des lance-roquettes, quand on est pris dans le feu de l'action, on y prête vraiment pas attention. L'un des gros points forts du jeu, est sa bande son. L'enregistrement des armes est superbe et bien maitrisé, que l'on soit dans un espace ouvert, ou au contraire, dans un endroit confiné, la différence se fait sentir. On notera tout de même un recul des armes assez bas, mais aussi le volume des voix lors des dialogues qui aurait pu être monté un tantiné plus, afin de nous aider à mieux comprendre son équipier lorsque tout le monde nous tire dessus, bon sang ! Certes on peut aller dans les options pour baisser le volume des bruitages et musique, mais ça serait un mal tant les musiques, même si elles sont superbes et renforcent le coté épique de la chose, sont déjà bien trop discrètes et jouent un rôle important dans nos émotions.



    medal23.JPGSi le solo est donc au final un peu décevant, voir surtout frustrant face à sa courte durée, il en est tout autrement du multi. Bon c'est vrai, là aussi ça sent le réchauffé, mais au moins, il ont su faire chauffer le plat sans qu'il n'explose de tout les cotés. Prenez le meilleur de ce qui se fait en ce moment, à savoir du deathmatch en équipe, de la domination, et de la ruée et vous obtenez un bref aperçu du multi de Medal of Honor. Maintenant ,ajoutez à ça le fait de pouvoir disputer des parties jusqu'à 24 joueurs, sans aucun lag (à l'inverse de la bêta donc) et très peu de bugs, avec une fluidité exemplaire, mais aussi des parties plus orientées action que camping et vous y trouverez votre compte. On notera le fait qu'il soit impossible de pouvoir se mettre à plat ventre, ni de glisser pour aller se mettre à couvert comme dans le solo, deux choses qui sont quand même cruciales à la survie de certaines espèces de joueurs.

    Au final Medal of Honor est un plat réchauffé qui n'a pas trop d'idée à lui même, mais il arrive quand même à imposer son identité face à la concurrence un peu trop active ces derniers temps dans le monde des FPS.

     

     

  • Assassin’s Creed 2 test, suite

    suite de ma chronique sur Assassin’s Creed 2

     


    assassins1.JPG

    Lors des combat on prends un malin plaisir à ranger son épée ou sa dague pour passer à la lame rétractable ou encore se battre a main nue pour désarmer nos adversaire avant de retourner leur armes contre eux . Jouissif ! Petit plus , on peut également ramasser du sable sur le sol et le projeter sur les gardes afin de les aveugler temporairement pour mieux leur rentrer dans le lard ensuite . Le tout dans une position qui n’est pas sans rappeler Sangoku faisant un kaméhaméha .

    Vraiment sympas . Si la quête principale du jeu avance rapidement bien qu’un petit peu longue a se mettre en place , il y a toute une série de quêtes annexes qui se fondent dans la première sans casser le rythme du jeu . A vous de voir donc , si vous voulez perdre un peu de temps à rechercher les sceaux des assassins qui vous donneront la possibilité de revêtir l’armure de Altair ( le summum en maitre assassin ) ou encore l’un des nombreux trésors ou même les statuette .

    Vous aurez également des plumes à rechercher pour augmenter la valeur de votre villa mais aussi les fameuses pages du codex qui une fois toutes rassemblées vous révèleront…..vous croyez pas que je vais vous le dire non plus hein . Toujours dans les quêtes secondaires , on trouve des glyphes disséminés un peu partout dans les villes . Il vous faudra vous en approcher avec la vision de l’aigle pour déclencher un mini jeu dans lequel vous devrez décoder des informations qui vous mèneront au final , à la vérité qui est ….non je ne dis rien non plus .


    assassins1111.JPG

    Beaucoup de choses à faire donc dans ce nouvel Assassin’s Creed 2 , qui enlève la monotonie qui s’installait dans le premier opus . Les graphismes ne sont pas en restes , les environnements visités regorgent de détails , à part les routes reliant une ville à une autre . Les points de hauteurs des villes qu’il vous faudra rejoindre en escaladant les façades pour révéler une partie de la carte offrent un champ de vision grandiose . Il ne nous restera plus qu’à sauter du haut de ces points de vue pour atterrir dans le foin qui amortira notre chute . Et si un garde se trouve à proximité il ne tient qu’à nous de le tuer et de le cacher à notre place .

    Au pire , vous pouvez également fouiller le corps pour récupérer des pièces et / ou quelques minutions. On remarquera que les cinématiques ne sont pas la hauteur espérée , souvent , les mains des personnages sont chiadées , et les avatars un peu sans vie , le regard glauque et inexpressif . Mais on le lui pardonnera grandement tant le reste est bon et le plaisir présent . La bande son quand à elle est également très bonne que ce soit au niveau des musiques elles mêmes comme les bruits des ville où certaines remarques des passants vous feront porter le sourire aux lèvres . Ici un groupe en train de discuter , là un gars tout seul qui balaie son seuil de porte , là encore un barde qui vient nous chanter une histoire et à qui on aura vite fait de lui cogner une beigne pour qu’il nous foute la paix , sinon il va nous faire repérer …

    Pour la peine , je m’en vais continuer la recherche des trésors , heureusement que j’ai acheté une carte qui m’indique leur emplacements … A y est , voilà que je me prends pour Ezzio maintenant . Faut dire qu’il a beaucoup plus de charismes que Altair , avec ses airs de macho propre aux Italiens . Et que même s’il est novice en la matière , il reste sur de lui , n’a pas froid aux yeux , et est quand même un peu grande gueule . D’ailleurs la bonne qualité des doublages en français en fait fois .

    Mélant action et infiltration avec panache Ubisoft Montréal a mis la barre très haut dans Assassin’s Creed 2 , qui aura sans aucun doute , une place de choix dans votre ludothèque . Bientôt noël qui plus est , vous n’avez plus aucune excuses de passer à coté de ce titre , qui par la même occasion vous fera un cour sur l’Italie de la renaissance .